Jbeil : la citadelle des croisés (XIIème s.)

Publié le par Christian Bélingard

Sur la côte libanaise, le passage par l’antique Byblos est l’occasion replonger dans la mémoire d’une des plus vieilles cités au monde dont l’origine remonte à huit mille ans. Elevée sur les vestiges des remparts de la ville antique, la citadelle des croisés est entourée par un fossé  de dix mètres de large. Un pont enjambait celui-ci pour accèder à la porte principale.

citadelle et ruines copycitadelle de Jbeil (Liban, août 2010, photo C.Bélingard)

 

Cette forteresse est connue sous le nom de Jbeil, francisé en « Gibelet ». Elle fut construite après la prise de la ville par les Croisés en 1104, est l’une des plus anciennes constructions d’origine franque en Terre Sainte. Une herse, grille en bois coulissante et des mâchicoulis servaient à sa protection. Quatre tours crénelées, placées aux angles et reliées par des courtines percées d’archères constituaient la deuxième ligne de défense.

 

Une cinquième tour, ou saillant, se détache entre les deux tours nord. Un imposant donjon central de 18m par 22 m de côté, avec des murs atteignant 4m d’épaisseur, servait de résidence au seigneur des lieux et de dernier refuge aux assiégés en cas d’attaque.

 

intérieur citadelle copycitadelle de Jbeil (Liban, août 2011,photo C.Bélingard)


Les Croisés ont employé une grande partie des blocs à bossage ainsi que les colonnes de l’époque antique en les insérant en boutisse dans les murs afin de les renforcer. Dans cette région située en zone sismique, ce système de consolidation fut employé également sur des sites où les Croisés ne s’étaient pas implantés.

 

La citadelle de Jbeil a subi des remaniements au gré des invasions successives dues aux Mamelouks et aux Ottomans qui se succédèrent à Byblos après le départ des Croisés. Au XIXème siècle, une garnison turque s’y installa. La position de la citadelle, à l’angle de la cité médiévale de Byblos, offrait une vue imprenable sur la Méditerranée. 

localiser Jbeil

Commenter cet article