Jeux interdits à Ventadour: le jeu d'échecs

Publié le par Christian Bélingard

Ventadour #6
Ventadour-Erik Bullot

Il n'était pas toujours bien vu de s'adonner au plaisir des jeux dans les temps médiévaux.

"Tout hom que jogueria a aucun sencs de dantz, ou a taulas, ou a eschatz,
III s. en paiaria, et aussi si laissava jougar en sa maison"

Parmi les trois jeux interdits dans les coutumes de la ville d'Egletons ( voir ici), figure de manière évidente le jeu d'échecs. Le mot occitan "eschatz" qui est employé dans le texte original équivaut au mot "eschés " employé en langue d'oïl dans un manuscrit médiéval conservé par la Bibliothèque Nationale de France. L'enluminure ci-dessous est en effet intitulée:

Partie d'échecs devant un château, par le Maître de Liedekerke
Jacques de Cessoles, Les Moralités sur le jeu des eschés translatées de latin en françhois par Jean Ferron

jeu échecs
Hainault, XVe siècle.156 f., 29 x 22 cm
Provenance: famille de Lalaing ; cardinal de Richelieu ; bibliothèque de la Sorbonne
BnF, Manuscrits, français 24274, f. 34 et 37 vº

Il paraît même tout à fait logique de traduire "eschatz" par "échecs" sans grand risque de se tromper. L'histoire de ce jeu né en Asie Centrale au Vème siècle est assez bien connu. On sait qu'il a été pratiqué aussi en Inde, avant de gagner l'Occident au XIème siècle à la faveur du commerce avec l'Orient et aussi probablement avec les échanges et les emprunts favorisés par les croisades. Le roi, le cavalier, les fantassins ont conservé leur statut en passant  d'une culture à l'autre. Les historiens du jeu d'échecs sont cependant notamment que l'éléphant a pu se transformer en...juge ou en évêque pour devenir finalement le "fou" à la fin du Moyen-Age. Une pièce féminine a fini par faire son apparition, remplaçant le vizir oriental, mais elle joue un rôle marginal dans ce jeu.

Reste que l'interdiction qui est faite du jeu "d'eschatz" par les coutumes d'Egletons a de quoi nous interpeller. En effet, le jeu d'échecs avait à cette époque la faveur de l'aristocratie. Son apprentissage était de rigueur dans toute bonne éducation dans le milieu de la noblesse. Mais on peut penser que ce jeu avait aussi les faveurs des couches populaires, avec probablement des variantes, et qu'il se pratiquait aussi comme jeu d'argent dans les tavernes.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article