Jeux interdits à Ventadour: le jeu de table

Publié le par Christian Bélingard

Ventadour #6
Ventadour (E.Bullot)

Il n'était pas toujours bien vu de s'adonner au plaisir des jeux dans les temps médiévaux.

"Tout hom que jogueria a aucun sencs de dantz, ou a taulas, ou a eschatz,
III s. en paiaria, et aussi si laissava jougar en sa maison"

L'un des jeux interdits à Egletons au XIIIème par le droit coutumier dans la ville ( voir ici) était sans aucun doute le jeu de table. Le jeu appelé dans le texte original  "taulas" peut être traduit sans grand risque d'erreur par "tables" (1). Or , la pratique des jeux de tables est particulièrement bien identifiée au Moyen-Age. On peut parler d'une famille de jeux souvent cités dans les sources littéraires ou les inventaires après décès. On y parle alternativement des "'tables" mais aussi des "marelles" ou "mérelles".On considère que les jeux de tables sont les ancêtres des jeux de jacquet, de backgammon ou encore de trictrac. Il suffit de se rendre en Grèce pour constater que ces jeux n'ont rien perdu de leur popularité. Voir ci-dessous une photo que j'ai pu prendre en août 2009 sur l'île de Lesbos où ce jeu est précisément connu, en grec, comme le tavli.
partures de taules-copie-1Le Gieu des eskès, les partures de taules et le gieu
des merelles
Manuscrit, XIVe Paris, BNF, Manuscrits


Le principe des jeux de tables médiévaux associait le hasard et la stratégie. On disposait d'abord sur le tablier les pions, appelés méreaux en langue d'Oïl, d'où a dérivé le mot mérelle puis marelle. Puis on déplaçait les pions suivant les indications des dés, afin de leur faire effectuer un parcours. Celui-ci était représenté d'abord par des traits puis, plus tardivement, par des flèches.


(1) dictionnaire occitan-français d'Yves Lavalade, Souny 1999

Commenter cet article