La voie limousine passait par Bazas

Publié le par Christian Bélingard

La via lemovicensis (ou voie limousine) est désignée sous cette appellation dans le Guide du Pélerin (XIIème siècle) qui sert toujours de référence pour le repérage des principales voies du pélerinage à Saint-Jacques de Compostelle. Après les étapes de Saint-Léonard de Noblat et Saint-Front de Périgueux, beaucoup de pélerins piquaient droit vers Ostabat en franchissant la Dordogne dans le secteur du Fleix et la Garonne à La Réole. Passée cette ville ( par voie maritime), commençait un interminable voyage dans un paysage des plus monotones jusqu'au Pays Basque.

La cité de Bazas, à l'entrée des Landes, était équipée d'un ancien hopital de Saint-Jacques mentionné en 1254. Voici un relevé de ce document dont les références sont précises (1).


Magister et fia tres hospitalis Sancti-Jacobi inter Vasatum et Lurces  habent litteras de protectione patentes simplices duraturas quamdiù fuerint Regi fideles.

 

De nos jours un ancien hôpital "de pélerins" est localisé au faubourg Saint-Antoine, sans preuve qu'il s'agisse du même établissement.(2) Bazas était le siège d'un évêché dés le Vème siècle. La cathédrale fut édifiée à partir du milieu du XIIIème siècle puis fut endommagée à l'époque des guerres de religion. L'une de ses particularités est son remarquable déambulatoire avec chapelles rayonnantes construit au XIVème.



SDC10214               

                                         

le choeur de la cathédrale de Bazas




On peut également admirer le triple portail qui faillit être détruit pendant les guerres de Religion mais qui  fut  sauvé par l'évêque Arnaud de Pontac, au prix d'une rançon versée aux Huguenots en 1578. Il faut observer  enfin très attentivement le clocher  dont seule la base est d'époque romane.



SDC10210

                                                   Portail de Bazas ( Le Jugement Dernier)

Selon des sources du XIXème siècle, Bazas se trouvait  aussi sur l'une des routes de pélerinage qui passaient par l'abbaye de la Sauve-Majeure où le culte de Saint-Jacques était particulièrement suivi par les moines de cet établissement religieux de tout premier plan en Aquitaine.

  

 (1) Archives historiques du département de la Gironde, volume 4, tableau chronologique (( 14 Janvier 1254)Lettres de sauvegarde accordées par Henri III, roi d'Angleterre, à l'hôpital de Saint-Jacques, près Bazas  Sources: Bibliothèque impériale : Manuscrits : Collection Brequigny, t. XI, p. 3 ; d'après les archives de la Tour de Londres : Chart.Vasc, an 38, H. 3, memb. 12. Communiqué par M.Tamizey de Larroque.

(2)Guide européen des Chemins de Compostelle, Jean Bourdarias, Fayard, p 252

 

Commenter cet article