Le Pont Saint-Etienne à Limoges et ses péages

Publié le par Christian Bélingard

Si vous passez par Limoges, il ne faut surtout pas manquer de traverser la Vienne en empruntant le Pont Saint-Etienne qui constitue un des trésors médiévaux de la vieille ville. Huit arches en ogives et six avant-becs en font un des plus beaux monuments de la cité. Il fut construit au début du XIIIème siècle. Plusieurs catégories d'usagers devaient emprunter ce pont, en particulier marchands et pélerins. Les foires de Saint-Christophe et de Saint-André drainaient de nombreux marchands dans l'agglomération. Le pélerinage au tombeau de Saint-Martial attirait lui aussi beaucoup de visiteurs. On peut aussi penser qu'un certain nombre de pélerins allant à Compostelle passaient par là. Un balisage, qui rappelle cette tradition, existe de nos jours.
Le Pont Saint-EtiennePont Saint-Etienne et cathédrale

Les Limougeauds s'en allaient aussi loin de chez eux, notamment vers les foires de Champagne. Ils avaient ainsi leur "halle de déballage" connue sous le nom de "Maison de Limoges" à Provins, ou encore à Troyes. Le commerce du cuir, les draps, les toiles, les tapis, l'orfévrerie constituaient l'essentiel de leur négoce. Dans tous les cas de figure, il fallut pendant longtemps s'acquiter d'un péage pour pouvoir emprunter la plupart des ponts du royaume. Mais les routes et les chemins étaient de plus en plus mauvais, tandis que les propriétaires des péages s'enrichissaient de plus en plus. En 1619, selon Paul Ducourtieux, une inscription se lisait à l'entrée du Pont Saint-Etienne de Limoges où il était mentionné que les revenus des péagers et aussi leurs terres devaient être saisis pour "être employés aux réparations des routes suivant les marchés qu'en feront les trésoriers de France".
Pont Saint-Etienne et pélerins

Commenter cet article