Les coquilles de l'ancien hôpital de Saint-Yrieix-la-Perche

Publié le par Christian Bélingard

 

coquilles corbeau fenêtre
coquilles ( ancien hôpital de Saint-Yrieix)
Photo C.Belingard D.R.

 

L'ancien hôpital de Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne) est implanté entre la rue du Marché et le "Couchou" ( nom du ruisseau qui traverse la ville). Cet hôpital médiéval fut sans doute construit à l'initiative du Chapitre de Saint-Yrieix vers 1250. Appelé dans les textes "Grand hôpital" ou "Aumonerie de l'Hôtel Dieu", il est cité en 1298. Il est question d'une reconstruction en 1360. Il existait aussi à Saint-Yrieix d'autres hôpitaux de taille sans doute très modeste (  Saint-André, Saint-Anne, et Saint-Jean). Les syndics de l'hôpital et les échevins de Saint-Yrieix essayèrent vainement de lui faire accorder le statut d'Hôpital Royal au XVIIIème siècle pour lui procurer des ressources plus importantes (3).hôpital de Saint-Yrieix                                    ancien hôpital de Saint-Yrieix (vu depuis le bord du Couchou)


La présence de coquilles sur le corbeau d'une des fenêtres, sur la façade donnant sur le "Couchou", est un indice intéressant pour la recherche des anciens cheminements empruntés par les pélerins de Compostelle. Il est à noter que ces coquilles sont agencées selon le mode spécifique des chapiteaux du XIIIème siècle, à deux rangs supersposés de crochets. Il est d'ailleurs établi que cet hôpital accueillait des pélerins. Saint-Yrieix était en effet située sur un des chemins importants de la Voie de Vézelay ou "Via Lemovicensis".(1)


Le registre de comptes de l'hôpital de Saint-Yrieix mentionne des passages de pélerins dans cet établissement au XVIIIème siècle: " Le premier jour de janvier de l'an de grâce 1734, j'ai reçu à coucher et à souper dans l'hôpital Charles-Marcel Lenoix, talonnier, natif de Paris, revenant du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle en Gallice suivant les certificats en bonne forme" (2). En 1741 et 1742, un passant domicilié en Allemagne et un Piémontais revenant de Saint-Jacques s'arrêtent à cet hôpital et reçoivent une aumône.

 

Il faut encore noter que l'hôpital servit un temps de mairie. Il est aujourd'hui en ruines et mériterait d'être restauré.

 

 

(1) Christian Bélingard, De Vézelay à Saint-Jacques de Compostelle, Editions Sud-Ouest

(2) Archives départementales de la Haute-Vienne, H suplt E 49, fol.24

(3) Louis Bournazel, Saint-Yrieix et le pays arédien

Commenter cet article

Aredius 05/02/2011 09:30


Merci pour cette page. Je vous cite sur
http://lefenetrou.blogspot.com

J'avais chez moi un vieux plan de St-Yrieix que je ne retrouve pas. Avez-vous un tel plan ?
J'ai appris que le tableau qui se trouvait au plafond de la "chambre d'Henri IV" dans la maison de mon copain place du Moustier et qui représentait la ville de St-Yrieix avec l'église et son
clocher pointu a été détruite. Je recherche un tableau équivalent. Connaissez-vous ?
Au reveire


Christian Bélingard 05/02/2011 18:57



Adissias, cher ArediusMerci pour ce commentaire hélas  je ne connaissais pas l'existence du tableau en question pour le plan, je t'envoie un PDF, c'est tout ce que j'ai trouvé pour l'instant
( voir l'ouvrage du Colonel Fromont de Bouaille "Saint-Yrieix au XVIIème siècle" aux archives départementales, le plan reproduit en est sûrement tiré)



Sirius 11/04/2010 19:43


Effectivement, rien que pour ce détail, le bâtiment mériterait d'être restauré! Je vois que, par "hôpital", on désignait plutôt un lieu où les pèlerins pouvaient passer la nuit.

D'ailleurs, à cette époque, il valait mieux ne pas tomber malade, et encore moins finir à l'hôpital (le vrai)!


Christian Bélingard 11/04/2010 21:12



il existe non loin de là, entre Saint-Yrieix et Lanouaille, un lieu-dit l'Hépital qui désigne un ancien hôpital dépendant d'une ancienne commanderie templière ou hospitalière ( Chateau-Bouchet).
La vocation d'un lieu de "passage" parait également probante dans cet autre exemple. Merci pour ce commentaire