Les Hospitaliers et les pélerins à Bourganeuf

Publié le par Christian Bélingard

portail église saint jean
L’église Saint-Jean de Bourganeuf, dans la Creuse, témoigne de la présence de l’ordre des Hospitaliers dans la cité. L’église fut commencée dés le XIIème siècle, mais cette période reste obscure pour l’historien. Une nef à trois travées caractérise l’édifice qui présente une coupole octogonale surmontée par un clocher de même forme. Remaniée au XVème siècle, l’église Saint-Jean dispose de chapelles qui ont été adjointes, sans doute en raison de l’augmentation de la population. Une croix dite byzantine est remarquable au sommet de la partie sud de l’église ( portail).
croix byzantine


Bourganeuf est restée jusqu’en 1750 le siège de la Langue d’Auvergne de l’ordre des Hospitaliers. On a supposé que celui-ci avait succédé à l’ordre des Templiers établi précédemment mais sans preuve formelle. Les Hospitaliers ont en tous cas joué un rôle important à Bourganeuf, comme le confirme l’affaire du Prince ottoman Djidjim évoquée dans un autre article. En tous cas le bourg s’est développé sans aucun doute zizim et égliseparce qu’il était situé sur un itinéraire de grand passage. Le médiéviste Raymond Oursel a d’ailleurs précisé une variante de la Voie de Vézelay passant par Bourganeuf (Routes Romanes, éditions du Zodiaque, 1982). Un certain nombre d’indices éclairent cette hypothèse. Plusieurs jalons importants sont à mentionner sur la voie antique qui reliait Chateaumeillant, Toulx-Sainte-Croix, Ahun et Limoges ( voie empruntée selon la tradition par Saint-Martial, premier évangélisateur de Limoges).Au XIIème siècle, un château a été édifiée qui fut probablement un lieu d'accueil pour pèlerins et voyageurs. Au XVème siècle, le château comprend au centre une grosse tour carrée, corps de logis, à laquelle est accolée la Tour « Lastic ». Une muraille avec chemin de ronde, reliait la Tour Lastic à la Tour Zizim. On voit encore, à mi-hauteur, le relief de la porte qui permettait l'accès à la Tour où fut enfermé le prince Djidjim. C'est l'illustre chevalier, Jean de Lastic, élu Grand Prieur en 1427, qui fit construire la tour d'angle qui depuis garde son nom.


(1) Christian Bélingard, de Vézelay à Saint-Jacques de Compostelle, Editions Sud-Ouest, 2001

 

 

Commenter cet article