Syrie: le krak des Chevaliers

Publié le par Christian Bélingard

Après la chute d'Antioche, les troupes de Raymond de Saint-Gilles firent route vers Jérusalem à partir du 13 janvier 1099. Cette nouvelle   campagne militaire, à laquelle participèrent les chevaliers limousins et leur suite, fut marquée par la prise sans grande résistance de la forteresse d'Hosn-al-Akrad, c'est-à-dire le château des Kurdes, futur krak des Chevaliers. Cette forteresse médiévale, dont l'architecture inspira les bâtisseurs de châteaux européens dés le XIIIème siècle,  est un modèle du genre. Son état de conservation est exceptionnel, comme nous l'avons constaté nous-mêmes le 19 août 2010.

 

  krak au télé

le krak des Chevaliers (Syrie)

 

Le krak est situé près de l'actuelle ville de Homs, en Syrie,à proximité de la frontière libanaise. La forteresse a été édifiée, tout au long du XIIème siècle, sur une colline pentue de 750 m de haut, située entre le Mont Liban et le djebel Ansariyé. Dans un premier temps, les croisés se contentèrent visiblement de réaménager les premier fortins construits par les Kurdes. Les pierres utilisées au départ pour ce chantier gigantesque étaient de petite taille.  Mais par la suite, les armées successives de croisés emmenèrent dans leurs rangs  nombre de maréchaux-ferrants, armuriers, tailleurs de pierre et charpentiers. Ces premiers " compagnons" étaient  regroupés  dans une organisation nommée "Le Saint Devoir de Dieu". Ils étaient de remarquables ouvriers ( certaines pierres ont été taillées sur sept côtés). C'est à l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean que fut confiée la forteresse en 1142 et elle resta aux mains des croisés jusqu'en 1271. Après cette date, les musulmans s'en emparèrent définitivement et y laissèrent ausi leur empreinte avec quelques restaurations assez modestes et par exemple la construction caractéristique d'un bain arabe.

 

vue depuis le chemin de ronde

vue depuis le chemin de ronde du "krak"

 

Le krak des Chevaliers joua un rôle capital dans le dispositif stratégique qui permettait aux Francs de contrôler la région et notamment la fameuse "trouée" de Homs. Cette forteresse, mais aussi celles de Chastel Blanc ( visible depuis le chemin de ronde), Tortose et Marqab évitaient les jonctions entre les armées turques, kurdes et arabes, alors que les Croisés suivaient la route du littoral pour se rendre jusqu'à Jérusalem. Du haut des fortifications, les  croisés se transmettaient des messages en allumant des feux. Des pigeons voyageurs pouvaient aussi assurer en quelques jours la transmission des nouvelles depuis la région de Homs jusqu'à la ville sainte. Et, pour l'anecdote, ce type de courrier était utilisé dans les deux camps. En effet, c'est par l'arrivée d'un pigeon que le prince égyptien Al-Adel apprit la chute de Damiette lors de la cinquième croisade...

 

.dans leur rang nombre de maréchaux-ferrants, armuriers, tailleurs de pierre et charpentiers. Il elles avaient dans leur rang nombre de maréchaux-ferrants, armuriers, tailleurs de pierre et charpentiers. Il faut être bien naïf pour croire que les templiers "moines-guerriers" avaient quelques notions que ce soient en matière d'architecture. Ils laissèrent cela aux bénédictins pour la conception et aux compagnons regroupés sous leurs ordres dans une organisation nommée "Le Saint Devoir de Dieu" (1).faut être bien naïf pour croire que les templiers "moines-guerriers" avaient quelques notions que ce soient en matière d'architecture. Ils laissèrent cela aux bénédictins pour la conception et aux compagnons regroupés sous leurs ordres dans une organisation nommée "Le Saint Devoir de Dieu" (1). dans leur rang nombre de maréchaux-

Commenter cet article

nico 18/05/2017 19:45

Votre blog est génial!

nico 18/05/2017 19:42

votre blog est génial