Voie limousine: de Boisseuil à St-Jean-Ligoure

Publié le par Christian Bélingard

La via lemovicensis (ou voie limousine) est désignée sous cette appellation dans le Guide du Pélerin (XIIème siècle) qui sert toujours de référence pour le repérage des principales voies du pélerinage à Saint-Jacques de Compostelle. Par ailleurs, le cadastre napoléonien conserve la trace d'un ancien chemin entre Saint-Léonard de Noblat et le Périgord. J'ai donc engagé des recherches en 1999 pour vérifier sur le terrain l'existence effective d'un ancien itinéraire qui pouvait permettre de relier directement Saint-Léonard de Noblat et Saint-Front de Périgueux, sans passer obligatoirement par Saint-Martial de Limoges ( abbaye qui n'est pas citée dans le Guide du Pélerin). Ces recherches ayant été concluantes,  je les ai exposées dans mon ouvrage "De Vézelay à Saint-Jacques de Compostelle" publié aux Editions Sud-Ouest en 2001.

 

Cet article présente le tronçon compris entre Boisseuil et Saint-Jean-Ligoure.  De Boisseuil deux chemins rejoignaient l’ancien gué sur la Briance au pied de la forteresse de Chalucet. Ils figurent tous les deux sur les planches de l’ancien cadastre de Boisseuil. Un premier chemin désigné sur les parcelles 555 et 556 est appelé  «las Vias » . Il passait à proximité de Chez Tandeau et coupait le chemin des Gillardeix (toponyme attesté en 1280) à Pierre-Buffière. L’autre chemin est désigné sur les parcelles 478-480 du cadastre de Boisseuil sous le nom de « Chemin du Capitaine ».

En 1830, date où fut réalisé le cadastre de Boisseuil, ce chemin fait explicitement référence à un fait historique rapporté par Lecler  : «  en 1577, le sieur de Beaupré, chef calviniste, étant assiégé dans l’église de Boisseuil par Vouzelle, capitaine ligueur, en sortit l’épée à la main, tua quelques uns des assiégeants et fit prisonnier le capitaine Gallichier qu’il mena à Chalucet. » Ce chemin est aujourd’hui appelé « Chemin des Tours »  et il traverse un lotissement avant de dévaler vers la Briance.


Chalusset 

                                   

                                     forteresse de Chalucet (contrôlant l'ancien gué sur la Briance)


La forteresse de Chalucet ou Chalusset , bâtie sur un éperon rocheux, n’offre aujourd’hui que de hautes murailles en ruines- cependant en cours de restauration. Important site militaire du Limousin au Moyen-Age, elle fut bâtie au milieu du XII° siècle sur les terres de l’abbé de Solignac .  Il faut noter qu’en 1150 un mandement de l’archevêque de Bourges à l’évêque de Limoges pour lui enjoindre de mettre en interdit « la chapelle du château de Chalucet ».   Cette forteresse de sinistre réputation ( ses capitaines ne cessèrent de rançonner le pays) fut ruinée par les bourgeois de Limoges en 1593. Cependant sa présence confirme l’importance de l’itinéraire de long parcours dont elle contrôlait le gué sur la Briance. Le chemin continuait jusqu’à Saint-Jean Ligoure  ( ce chemin est identifié localement au XIX° siècle comme le chemin de « Saint-Jean à Boisseuil ». Le 22 janvier 1876 fut votée par le conseil municipal une subvention destinée à la « construction du Pont de Chalucet » ). Saint-Jean Ligoure est une étape importante. Cette paroisse apparaît comme l’une des plus anciennes du diocèse où le culte de Saint-Jean existait ( présence d’un baptistère à l’époque mérovingienne).   Une maladrerie est signalée en 1574.
localiser la Voie de Vézelay ou Voie Limousine (Via Lemovicensis) 


 

Commenter cet article

Uline 27/05/2010 11:45


Votre forteresse m'a tout de suite fait penser aux tours de Merle, en Corrèze, également en restauration depuis d'ailleurs un bon bout de temps !


Christian Bélingard 29/05/2010 10:03



ces forteresses sont souvent des jalons intéressants le long des chemins médiévaux. Je reviens d'Ostabat en Pays Basque , célèbre carrefour des Chemins de Compostelle. Il existe là aussi une
forteresse qui contrôlait ce lieu de grand passage et d'échanges