Le Limousin

Le Limousin est situé au nord-ouest du Massif central. Il réunit administrativement deux anciennes provinces : la Marche (au Nord) et du Limousin (au Sud). Il comprend les départements de la Corrèze (Tulle) au Sud, la Haute-Vienne (Limoges) au Nord-Ouest, la Creuse (Guéret) au Nord-Est.

Les premiers hommes qui s’installèrent sur le territoire de cette région ont laissé des traces à l’époque du paléolithique en différents lieux comme Grammont, Puymège, Ressaulier, Bassaler, près de Brive. Il faut mentionner ici l’extraordinaire découverte réalisée le 3 août 1908 par les abbés Amédée et Jean Bouyssonie qui exhumèrent d’une grotte les restes d’un homme des premiers âges, du type néanderthal. Ce squelette dit de La Chapelle-aux-Saints ( lieu de la découverte) est donc celui du plus ancien « limousin » identifié à ce jour.


sépulture de l'homme de La Chapelle-aux-Saints

 
De nombreux flux migratoires sont attestés au néolithique par des dolmens et menhirs que l’on retrouve encore  dans le paysage de la région. Tour à tour, les Celtes de Hallstatt se rendant en Espagne, puis  les Ligures, les Ibères, les Aquitains, les Celtes de la Tène, ont traversé la contrée. Mais le pays doit son nom à la tribu des Lémovices (Gaulois), dont le territoire correspond sensiblement au Limousin actuel. Le Pagus lemovicensis  fut ensuite conquis par les Romains en 51 A.V.J.C. Les Lémovices envoyèrent de puissants renforts à Vercingétorix durant le siège d'Alésia. Christianisé à partir du IIIe siècle de notre ère, le Limousin fit partie de l'Aquitaine Première, avec Limoges (Augustoritum) comme principale cité. Il vit passer les invasions barbares, puis devint Comté au VIIe siècle avant d'être un peu oublié jusqu'au IXème siècle, époque durant laquelle il fut dévasté par les Normands, puis il fut divisé en Vicomtés de Limoges, Aubusson, Bridiers, Comborn, Rochechouart, Turenne, et enfin agrandi de la Seigneurie de Ventadour.
 

La Province de la Marche fut formée au Xème siècle aux dépens du Limousin et du Poitou, sa frontière Sud passant juste au Nord de Limoges. Elle devint Comté frontière du Limousin, et correspondait au département actuel de la Creuse, de la moitié Nord de la Haute-Vienne (région de Bellac), ainsi que de quelques cantons de la Vienne et de la Charente. Charroux devint sa première capitale. Le Comté comprenait la Haute et la Basse Marche. Les Marches étaient des Provinces frontières, chargées de défendre l'intérieur des possessions royales.
 

 

Comté de la Marche


Pays pauvre, malgré les manufactures de tapisseries et de draps grossiers, la Marche souffrit longtemps de la turbulence de sa noblesse, qui fut souvent réprimée par la royauté. La Haute-Marche, dont Guéret devint la capitale au Xème siècle au dépend de Charroux, dépendait de la Généralité de Moulins, et comportait deux enclaves : La Souterraine, dévolue au Limousin, et Bourganeuf, dévolue au Poitou. Elle s'agrandit au XIIIème siècle de la Vicomté d'Aubusson. La frontière entre le parler d'oïl (Français, Normand, Picard, Orléanais, Bourbonnais, Champenois, Lorrain, Poitevin, etc.) et le parler d'oc (Limousin, Auvergnat, Gascon, Languedocien, Provençal, Catalan, etc.) se situait au nord de Guéret ; le droit coutumier et le droit écrit se chevauchaient plus ou moins. La Basse-Marche, dont Bellac fut la capitale avant d'être supplantée par Le Dorat au XVIIIème siècle (laquelle était le chef-lieu de la sénéchaussée depuis 1572), était partagée entre les Généralités de Limoges et de Bourges.

La Marche et le Limousin faisaient partie des "pays redîmés" qui avaient versé une somme forfaitaire unique lors de l'introduction en 1340 de la Gabelle, impôt sur le sel, dont ils se trouvaient en fait exonérés.

Comté du Limousin


Le Comté du Limousin, relevant d'Aliénor d'Aquitaine, entra dans le Royaume anglo-angevin en 1152 avec l'Aquitaine, mais fut occupé par les troupes françaises de 1204 à 1259, puis de 1286 à 1360. En 1360 le Limousin fut rendu à l'Angleterre pour être aussitôt reconquis dès 1374. Il fut, durant cette période de la Guerre de Cent ans, pillé régulièrement par les Anglais. Sa position, disputée par les deux royaumes, aboutit à une certaine indépendance de fait de la Province. Elle devint une Généralité, ayant Limoges comme chef-lieu. Les habitants parlaient le Limousin, dialecte roman provençal parlé jusqu'à l'Auvergne (langue d'oc), les troubadours au XIIIème siècle lui donnant ses lettres de noblesse. Il évolua ensuite en Haut et Bas Limousin.
 

La Vicomté de Limoges fut intégrée au royaume en 1607. Seules la Vicomté de Turenne et la Seigneurie de Ventadour conservèrent leurs privilèges jusqu'au XVIIIème siècle. C'est au XVIIIème siècle que fut découverte au Sud de Limoges l'argile servant à fabriquer la porcelaine, qui fit la prospérité de la ville. En 1791 le Sud de la Province devint le département de la Corrèze, et le Nord-ouest celui de la Haute-Vienne, agrandi de la Basse Marche.

le-limousin-carte-copie-1.jpg