Templiers et Hospitaliers


L’Ordre du Temple fut fondé après la première croisade par Hughes de Payns, pour défendre les pèlerins en Terre Sainte. L’Ordre reçut sa règle de Saint Bernard, au concile de Troyes, en 1128. Il se développa rapidement, surtout après la bulle pontificale de 1163 qui accrut considérablement ses privilèges. Les donations affluant de toutes parts, l’Ordre devint le trésorier et le banquier des pays occidentaux. Les Rois de France et d’Angleterre lui confièrent la garde et l’administration du trésor. Ils recevaient pour le pape l’argent de Saint-Pierre et des croisades, faisant ainsi concurrence aux Lombards. La richesse des templiers ne manqua pas d’altérer la rigidité de leur règle, et d’attirer l’envie. La lutte devint aiguë quand Philippe le Bel voulut s’emparer des biens de l’Ordre et l’accusa de corruption (1307). Le roi lui intenta un procès et contraignit le grand Maître J. de Molai et les dignitaires à avouer des vices plus ou moins imaginaires, puis il força le pape Clément V à prononcer la condamnation de l’Ordre (concile de Vienne, 1312). Le grand Maître fut supplicié ainsi que de nombreux chevaliers (1314). Le roi s’empara de tout le numéraire et le pape transféra aux Hospitaliers les biens immobiliers, mais Philippe le Bel fit si bien qu’il en garda la plus grande part.
 

           
           

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :